Le 5:15 – Février 2013

par | Fév 15, 2013

1/ Les dernières données économiques en Europe montrent que les considérations usuelles autour du cycle économique ne permettent pas de justifier à elles-seules le mouvement haussier observé depuis juin 2012.

2/ En effet, ce mouvement est davantage porté par la réduction de risques via des débouclements de positions vendeuses nettes, que par des mouvements de réallocations liés à la confiance sur la zone euro.

3/ Ainsi, lorsque ces débouclements marquent une pause (évoquée dans notre dernier reporting), nous observons des prises de bénéfices des acteurs traditionnels, fondamentalement dubitatifs du mouvement haussier, et stressés par les risques non résolus (Espagne, Italie,…).

4/ C’est pourquoi, cette phase s’apparente pour nous à une nouvelle transition, semblable aux périodes fin mars – début juin 2012 / mi-septembre – mi-novembre 2012, et bien identifiée dans nos outils d’analyse :
• stabilisation du niveau d’intensité des interactions « nouvelles stratégies » (liées au cycle économique) depuis les mouvements récents sur les devises,
• très faible mouvement de reprise de protections sur les dettes des pays à risque, en dépit de la résurgence des risques politiques,
5/ Sur la base de ces analyses, nous considérons ce mouvement de consolidation comme ponctuel et ajustons notre exposition au risque actions autour de 55%.  Sur la partie obligataire, nos signaux nous confortent dans l’idée de rester éloigné du risque français et allemand.

Consultez nos 3 dernières actualités

ÉCRIVEZ-NOUS

Vous êtes intéressé par l’approche de Ginjer AM et souhaitez en savoir plus ? Contactez Ginjer AM qui vous répondra rapidement.

3 + 12 =

Site web créé par Advence 2016.

Vous pouvez consulter nos Mentions Légales. Le contenu utilisé sur ce site ne doit pas être reproduit, ni distribué, transmis, caché ou utilisé à l'exception d'une autorisation fournie par Ginjer AM.